Dans quelle situation ai-je besoin d’un permis ? Pour quel type de bateau ? Et si j’ai un permis d’un pays voisin ? Le système des permis suisses est relativement simple et nous allons tenter dans cet article d’apporter quelques réponses.

Quand a-t-on besoin d’un permis lac suisse ? La réponse dépend du type de bateau. Les seules embarcations qui nécessitent un permis sont les bateaux à voile et les bateaux à moteur. Il n’y a pas de permis pour les planches à voile, les kitesurfs, paddle, kayak ou autres.

Pour les voiliers, la taille de voile à partir de laquelle un permis bateau suisse est nécessaire est 15 m2. Et la limite de puissance à partir de laquelle un bateau à moteur demande un permis est de 6 kW (ce qui correspond généralement à 8 CV). Mais dans un pays qui parle 4 langues et dont les plus grands lacs sont partagés avec des pays voisins, rien n’est simple! Sur le lac de Constance, ces limites passent à 12 m2 de voile pour les voiliers et 4,4 kW pour les bateaux à moteur.

Quel permis ?

Il y a quatre types de permis bateau en suisse. On parle du permis lac suisse, catégorie A, B, C ou D. Voyons cela en détail :

Catégorie A : il s’agit des bateaux à moteur de plaisance, qui ne sont dédiés ni au transport professionnel de personnes ni de marchandises. Notez toutefois que le permis catégorie A donne droit d’effectuer du transport, professionnel ou non, jusqu’à 12 personnes. L’âge minimum est de 18 ans révolus.

Catégorie B : ce permis spécial donne le droit de faire du transport professionnel de passagers. Il n’est valable que sur le lac ou le plan d’eau où il a été passé.

Catégorie C : ce permis est également professionnel, mais à destination des bateaux de transport de marchandises, de remorqueurs ou de pousseurs.

Catégorie D : il s’agit du permis des bateaux à voile. Il peut être passé dès l’âge de 14 ans. Notez que si votre bateau à voile est équipé d’un moteur, la même règle du permis bateau à moteur s’applique, si la puissance dépasse 6 kW, il vous faut un permis.

Nous vous avons préparé une petite illustration pour mieux comprendre :

Il existe une cinquième catégorie, la E, qui ne concerne que ce que l’administration fédérale appelle « les bateaux ayant une construction particulière ». Qui est en gros la catégorie qui regroupe tous les bateaux ne rentrant pas dans les quatre premières.

J’ai un permis étranger !

Le monde du bateau est bien plus complexe, d’un point de vue des accords internationaux, que le monde de la voiture. Si vous vous posez assez peu de questions avant de conduire une voiture à l’étranger, cela n’est pas aussi simple pour le permis bateau. Comme aucune uniformité n’existe, il faut encore que le pays en question propose un permis équivalent. Certains pays ne proposent que des permis bateau pour la mer, car ils n’ont pas ou peu de lacs et certains encore n’en ont pas du tout.

L’office fédéral des transports (OFT) annonce dans sa circulaire 54, la liste des pays et des permis que la Suisse reconnaît ainsi que les compléments nécessaires pour échanger le permis étranger contre le permis lac suisse.

Or cette circulaire a été modifiée en avril 2021 (Circulaire 54-1) et la France ainsi que l’Italie ont été retirés de la liste, car les exigences n’ont pas été jugées équivalentes.

En finalité, la Suisse ne reconnaît plus que deux pays, l’Allemagne et l’Autriche. Si vous êtes titulaire d’un permis de l’un de ces pays, vous pouvez le convertir en permis lac suisse équivalent à condition de réussir l’examen théorique officiel.

Comment obtenir son permis ?

Dans cet article, nous nous focaliserons sur les permis de catégories A et D, soit pour les bateaux de plaisance ou de sport, à moteur et à voile. Les permis professionnels ou pour bateaux de conception particulière étant plus complexes et nous vous recommandons de prendre contact avec le service de la navigation de votre canton.

Voici les liens des différents formulaires des services cantonaux de navigation romands :

Voici les 5 étapes pour l’obtention de votre permis :

VDGEVSFRNEJUBE

En principe, vous devez passer le permis dans le canton de votre domicile. Vous pouvez toutefois faire une demande pour le passer dans un autre canton, mais bien souvent celle-ci est payante.

1. Démarches administratives :

La première étape est d’ouvrir un dossier de candidature au Service de la Navigation de votre canton de domicile. Pour gagner du temps, vous pouvez télécharger les formulaires de demande de permis sur les différents sites des services cantonaux de la navigation.

Les formulaires contiennent une partie qui doit être remplie par un opticien. Nul besoin de prendre rendez-vous chez votre ophtalmologue, une petite visite chez un vendeur de lunettes suffira pour qu’il vous fasse les tests et remplisse le formulaire.

En envoyant votre dossier, vous devrez l’accompagner d’une photo passeport et d’une copie de votre carte d’identité. Pour les candidats âgés de plus de 65 ans, un certificat médical est obligatoire.

2. Apprendre la théorie :

Le service des automobiles et de la navigation (SAN) propose le manuel didactique « Naviguez dans les eaux suisses » pour CHF 89.-. Ce livre est essentiellement un recueil d’articles de loi à apprendre par cœur.

Sur notre plateforme Catway, nous proposons, pour CHF 79.- un cours complet, pédagogique, construit en partenariat avec des moniteurs de bateau-école qui contient toute la matière du manuel didactique du SAN (inutile donc d’acheter le manuel) mais va bien plus loin en matière d’apprentissage de la navigation. Et surtout, le cours est 100% numérique, disponible sur la plateforme www.catway.ch ou sur l’application mobile.

3. entraîner la pratique :

La théorie et la pratique peuvent tout à fait être entraînées en parallèle si la saison le permet.

Même si vous avez l’occasion de naviguer avec des proches ou de la famille, nous vous recommandons de prendre des heures de cours avec un moniteur professionnel.

En moyenne il faut compter entre 12 et 15 heures de pratique pour maîtriser les différents éléments demandés à l’examen pratique. L’idéal étant de prendre 2 heures d’affilée lors de chaque cours.

4. Passer l’examen théorique

Avant de passer l’examen pratique, vous devez avoir réussi l’examen théorique. Pour cela, une fois que vous serez prêts et que vous aurez réussi plusieurs fois les examens du simulateur sur notre plateforme, vous devez prendre rendez-vous auprès du service cantonal de la navigation pour l’examen.

Pour pouvoir vous inscrire, votre dossier de candidature doit être ouvert auprès du service de la navigation (formulaire de l’étape 1 envoyé), et en retour, vous avez dû recevoir une confirmation ainsi que les informations suivantes :

  • Votre numéro de registre (NIP)
  • Votre numéro d’identification personnel (PID)
  • Un formulaire à remplir et envoyer pour vous inscrire à l’examen théorique.

Le déroulement de l’examen théorique :

L’examen comporte 60 questions et vous avez 50 minutes pour y répondre. Chaque question a 3 réponses possibles et une bonne partie des questions ont 2 réponses justes (jamais les 3).

Le total des points est de 180, soit 3 points par question. Si vous avez coché une réponse juste, vous avez un point et si vous n’avez pas coché une réponse fausse, vous avez un point.

Vous devez faire au minimum 165 points pour réussir l’examen.

5. Passer l’examen pratique

En ce qui concerne l’examen pratique, nous vous recommandons de vous fier à votre moniteur de bateau-école. C’est lui qui, le moment venu, prendra rendez-vous avec un expert.

Vous devez avoir réussi l’examen théorique avant de vous inscrire à l’examen pratique. Une fois la théorie réussie, vous avez un délai de 2 ans pour passer la pratique. Lors de votre examen pratique, vous aurez encore besoin de l’invitation à l’examen pratique que vous aurez reçu par courrier peu de temps après avoir réussi votre examen théorique.

L’examen pratique est la dernière étape. Ensuite, une fois tous les émoluments payés, vous recevrez votre permis de navigation !